BUSINESS DISTRICT

« Tels des Titans immortels, l'avenir paraît leur appartenir. »

Depuis des siècles, l'Homme construit des édifices, des monuments dédiés au commerce et à la finance. Avec le développement économique ces « temples païens » occupent des quartiers entiers, de plus en plus étendus. Afin d'affirmer leur puissance etde gagner la confiance des citoyens, ces places devinrent des endroits où se côtoient aujourd'hui luxe discret et extravagance architecturale. Aux quatre coins du monde ; magnifiques, imposants, lumineux, ils portent l'arrogance d'une beauté sûre d'elle.

2008 - 2009 nous apprenons la signification des mots subprime, emprunt toxique… partout on entre en croisade contre la finance, les traders deviennent les nouveaux pestiférés. Les projecteurs sont braqués sur les centres financiers,sur les banques centrales et mondiales. Faire du « business » devient un délit, l'image de ces places et Institutions se trouble, se délite.

Par mes plaques je veux montrer ma vision de l'activité économique actuelle. Ces  «Business district » sont une métaphore de l'Economie mondiale. Les édifices s'embrasent, se diluent, se dissolvent, parfois semble sombrer... mais ne tombent pas en ruine, ils restent droits et imposants.

Tels des Titans immortels, l'avenir paraît leur appartenir.

L'économie mondiale est à la fois une des causes du problème et une part de la solution, un paradoxe...

Business District MMXV


URBAN Tensions

" Less is more "   Ludwig Mies Van Der Rohe 

Dans ces photographies d'architecture, Frederic-JG ne cherche pas à reproduire le réel tel que l'on peut le regarder passivement. Comme s’il s’agissait d'un Homme, son principal objectif est d'en faire le portrait, non pas un portrait «objectif» en pied, mais plutôt un portrait «suggéré», un gros plan. 

Sa démarche est de retrouver le trait primaire de l'architecte, l'idée initiale, le détail à l'origine de l'ensemble.

Une fois cet esprit capté, son travail consiste en l'extraction de l'idée de son contexte. Serrer le cadrage lui permet d'éliminer les superflus, mettre en exergue ces détails, essence de la personnalité du bâtiment. Cette étape de mise en premier plan attire le regard du public qui reconnaît quelque chose. En changeant de perspective, ou de point de vue le spectateur se questionne, se demandant parfois ce qu'il a devant les yeux. Il cherche à comprendre, comprend et goûte au travers de la photographie l'Art de l'architecte.

Les photographies de Frederic-JG sont simples, lisibles, mais elles forces le spectateur à se positionner dans l'espace afin de prendre sa place, à mettre l’œil dans son viseur.

Lorsque l’observateur s'approprie sa photographie, là est sa récompense.


O.B.S.S.

Une émotion, Une abstraction

Rien d'autre à dire, laissez aller votre imagination.


Deserted Weapon Factory - D.W.F.

Une usine dans laquelle des hommes ont construit des armes. Une usine qui a fait vivre une petite ville. Une usine qui a fermé ses portes …

Dans ses murs une énergie considérable a été déployé, cette énergie est toujours là. Dans cette série j’ai voulu montrer la persistance de cette énergie, qu’il est possible la faire revivre, de la transformer. Dans cette matrice originelle la vie va revenir.

Aujourd’hui ces bâtiments renaissent sous forme de complexes de loisirs, d'espaces culturels, certains redeviennent lieux de travail.

Avec l’aide des hommes les usines ne meurent pas.

Copyright © All rights reserved.
Using Format